Une femme au pays des connards

Entre femmes, nos conversations tournent beaucoup autour des mecs et de la typologie du « connard ». Ah ces saloperies qui ne pensent qu’avec leur bite et qui sont ce que j’appelle affectueusement des « enfoirés affectifs ». Je pourrais donner des exemples, mais la liste serait hélas trop longue. Disons simplement que nous avons toutes notre type personnel de connard, et qu’il existe autant de type de connards qu’il existe de femmes. Ce qui pousse à revoir cette généralisation outrancière du terme même de « connard ».  

Et si les vrais connards en fait, c’était nous, les femmes ?

Notre libido étant parfois le premier moteur vers notre cœur, je commence à me poser des questions sur la réalité du connard. Soyons réalistes, nous sommes nombreuses (pour ne pas dire « toutes », je m’en voudrais de généraliser et d’en vexer quelque unes) à tester un mec en passant par les filtres du physique, du niveau d’intérêt (intellect, humour, compte bancaire, whatever), et enfin, du cul.

Un mec qui ne passe pas ces trois filtres est mis de facto à l’écart, en attendant un autre concurrent qui lui, passera ces trois filtres avec succès. N’est-ce pas là le signe que nous portons en nous ce même gène du « connard » qu’on exècre ?

Il ne m’était jamais arrivé qu’un homme se plaigne de ma libido. Comme quoi il ne faut jamais dire jamais. Et pour une fois, j’étais à la place du fameux « connard » qui ne pense qu’avec sa bite (ou plutôt son vagin, mais vous avez compris le principe). Et c’est une impression terrifiante que de devoir se justifier en enlevant son tablier encore plein de sang et dire « non tu n’es pas que de la viande pour moi » (j’entends déjà certains sarcasmes vis-à-vis d’un de mes anciens surnoms mais je ne dirai rien là-dessus, mis à part que la métaphore a été choisie en conséquence. Na), car c’est le cas. Vous n’êtes pas que la viande pour nous, même si parfois, il est plus facile de penser comme ça. C’est notre façon de nous protéger. Une protection qui nous a rendues cyniques et qui a fait de nous de vrais « connards ».

Il est ardu de se rendre compte qu’en fait le « connard » est comme un virus extrêmement contagieux, et non une caractéristique déjà inclue dans le packaging de notre personnalité.

On ne naît pas « connard », on le devient.

Un connard engendre une « connard » à son contact et ainsi de suite. Mais ça, vous le saviez déjà. La vengeance passe d’une relation affective à l’autre, et qui ne s’est pas vengé sur le suivant de ce qu’elle (ou il) avait subi avec le précédent ? Nous savons toutes (et tous) que c’est débile mais aussi qu’il est excessivement difficile de se retenir.

Mais finissons sur une note positive : A tous les « connards » hommes et femmes, rassurez-vous, apparemment on en guérit. Il suffit juste d’être assez idiot (et romantique) pour foncer dans le mur à chaque fois avec enthousiasme, ou dit autrement, assez intelligent et sage (patient également) pour savoir mettre ses griefs de côté à chaque mur et repartir de plus belle en sachant que la vie ne réserve pas que des murs.

Suis-je donc devenue moi aussi un de ces fameux « connards » ? Une de ces personnalités sans cœur qui ne voit dans les relations d’un temps (plan-cul, voire carrément Bobisme) qu’un exutoire à je ne sais quelle rancœur liée à une ancienne relation ? S’il est vrai que je passe aussi mes relations à travers les fameux trois filtres, comme une tradition qui se transmet entre femmes d’une même tribu, il m’arrive de m’arrêter avant, et de ne voir en la personne que sa personnalité.

Yes ! Me voilà sauvée !

Je passe de « connard » à mi-temps, à « connard » repentie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.