Ap 7 : « J’ai failli attendre »

La nuit arriva, et je fus à nouveau happée dans le néant de mes rêves, où tout y était sombre et où, privée d’une bonne partie de mes sens, j’étais captive du brouillard. Mais cette fois, il y avait quelque chose de différent. L’odeur d’une cigarette flottait dans l’air. Mon pied se posa sur le sol meuble que je commençais à connaître et, sans crier gare, le brouillard tomba brusquement. Je pus enfin découvrir le monde dans lequel je me trouvais. Parmi les formes encore floues se dessinaient des arbres immenses, de l’herbe, et une silhouette sombre, qui se tenait à quelques mètres de moi. La lueur rougeoyante de sa cigarette était comme un phare en pleine nuit. Elle agressait mes yeux qui peinaient encore à discerner les éléments alentours.

« Te revoilà enfin. J’ai failli attendre. »

Tout alla alors beaucoup trop vite. En une fraction de seconde, la silhouette fut devant moi, et je fus projetée en arrière par le souffle de son apparition soudaine. Sa main saisit mon cou dans l’élan.

« Je te tiens ! »

Mes doigts tentèrent de retirer les siens. Je me débattais de toutes mes forces, les pieds dans le vide, mais il m’était impossible de me dégager de son emprise. Remontant le long de ses bras, je cherchais à atteindre son visage dans un effort désespéré. Si mes lèvres avaient pu laisser sortir des mots, je l’aurais supplié. Mais son étreinte m’étouffait, je respirais avec difficulté. Incapable de parler. Incapable de supplier.

« Mais t’es quoi, bordel, pour te mettre sur mon chemin de la sorte ? s’emporta-t-il. Qu’est-ce que tu fais dans mon monde ? »

Je cessai de me débattre, surprise par sa question. Que voulait-il dire par « son monde » ?

Son visage se rapprocha si près du mien que je pus sentir les relents de tabac de son haleine. Il s’approcha plus près encore, centimètre après centimètre, sans me quitter du regard. C’était comme s’il sondait mon âme à la recherche d’une réponse. Ses yeux étaient plantés au fond des miens. Des yeux jaunes, avec des traits d’or qui striaient ses iris.

« J’y crois pas, il avait raison… murmura-t-il alors. Quelle merde. Eh bien, dommage pour toi fillette, mais ton implication s’arrête ici. »

Ma trachée explosa sous ses doigts.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.