Ap 21 : « Ton cœur bat vite »

Nous quittâmes la salle de bal et parcourûmes la plaine jusqu’à la forêt. Le plafond céleste était plus couvert qu’à l’accoutumée. D’épais nuages obscurs nous cachaient le soleil de Sion, et les branches des arbres engloutissaient le reste de luminosité. Je me frottais les bras en marchant pour me réchauffer. La brume spectrale qui courrait … Lire la suite de Ap 21 : « Ton cœur bat vite »

Ap 20 : Que cette danse soit gravée dans vos esprits!

J’avais attendu que Lucifer se retourne dans son sommeil pour lui fausser compagnie. Ses plaies s’étaient refermées, sa respiration était régulière, il n’avait plus besoin que je le veille. Mais surtout, je n’avais pas voulu risquer qu’il se réveille en me découvrant à ses côtés. Dans ma chambre, il n’y avait plus aucune trace de … Lire la suite de Ap 20 : Que cette danse soit gravée dans vos esprits!

Ap 17 : « La rébellion des deux empaffés »

Le jour du Conseil des Enfers était enfin arrivé. Les traqueurs, ces volatiles infernaux qui servaient de messagers et de surveillants pour âmes en quête de liberté, volaient en cercle autour de la tour céleste. Ils montaient et descendaient, en parfaite synchronisation. Ils ne posaient jamais. Ils ne changeaient jamais de direction. Cela faisait des … Lire la suite de Ap 17 : « La rébellion des deux empaffés »

Ap 14 : « Tu saignes, bougre d’idiot »

Je traversai la salle de musculation vide. La porte déboucha sur un long couloir en mosaïque. En cherchant la sortie pour rejoindre le quartier commerçant, je passai devant un bain romain dans lequel se relaxaient des chimères d’hippopotames et de crocodiles. J’avançai, puis entendis une musique indienne ponctuée d’étranges sons de cloche.  Je soulevai un … Lire la suite de Ap 14 : « Tu saignes, bougre d’idiot »

Ap 13 : « En voilà une bien vilaine jeune fille ! « 

Baël ouvrit une porte dans le décor. Je le suivis à travers le dédale de couloirs de l’hôtel. Je restai à bonne distance pour éviter de me prendre un coup de queue par inadvertance.  Elle était pourvue de pics et déchirait la moquette et le papier peint sur son passage. Baël marchait vite, en se … Lire la suite de Ap 13 : « En voilà une bien vilaine jeune fille ! « 

Ap 12 : « Je suis le Diable »

Au bord du tunnel, je retrouvai Belzebuth, les bras croisés, impatient de connaître ma réaction. Il allait être déçu. « Alors, fillette, comment as-tu trouvé cet extrait ? Personnalisé, à ma demande, en fonction de tes cauchemars. Voici mon deal : la porte des Enfers ou ce programme pendant les dix prochaines années. — Deux jours, rectifiai-je en … Lire la suite de Ap 12 : « Je suis le Diable »

À lire avant de commencer Apocalypse…

Bienvenue dans la trilogie infernale Apocalypse, romans urban fantasy. Vous allez entrer dans un monde à la fois fun et horrifique. J'espère que vous aimerez lire mes délires autant que j'ai adoré les écrire. Mais avant, on doit parler. Si-Sit. Note de l'auteur J’ai écrit Apocalypse car je trouvais les autres aventures… heu… comment dire… … Lire la suite de À lire avant de commencer Apocalypse…

Ap 11 : « Parce que je suis chiante? »

Élise semblait réellement heureuse. Assises au milieu d’une étendue de fleurs des champs aux parfums enivrants, nous rattrapâmes le temps perdu. Elle me raconta son voyage depuis la barque de Charon, puis ses journées. Elle pouvait lire, étudier, se promener sur cette plaine sans fin. Elle disposait de tout ce que ce niveau avait à … Lire la suite de Ap 11 : « Parce que je suis chiante? »

Ap 10 : « Excessivement peu efficient »

Avertissement spécial : mention de génocide Amon se rapprocha d’un pas langoureux, puis s’arrêta, et nous toisa tous deux. Ses yeux jaunes étincelants étaient plissés par un amusement incompréhensible. « J’interromps quelque chose, peut-être ? » demanda-t-il subitement, en basculant sa tête brumeuse de côté. Quatre demeura impassible, les ailes rabattues dans le dos, et les bras ballants. … Lire la suite de Ap 10 : « Excessivement peu efficient »

Ap 8 : « T’as une tête à avoir besoin d’un verre »

Le géant Asmodeus était hideux. Et encore, c’était un euphémisme. Il lui manquait un œil, le droit. À la place, une cicatrice boursouflée et violacée traversait son visage, du front jusqu’au coin de sa bouche tirée par la balafre tel un poisson prit sur un hameçon. Si j’avais présumé un immense sourire de loin, c’était … Lire la suite de Ap 8 : « T’as une tête à avoir besoin d’un verre »