Ap 1 : « Lèche-cul… »

Temps de lecture (selon Antidote) : 2 min 35 sec

« Que signifie tout ceci ? Qui est-ce ? tonna une voix grave au-dessus de nous.

— Mon Roi, dit Stolas en effectuant une révérence d’un mouvement d’aile gracieux, voici Perse Evans. C’est un gardien qui s’est apparemment éveillé pour remplacer Sërberus qui nous a quittés. Décédé, mon Roi », précisa-t-il. 

Prisonnière des bras de Quatre, je levai la tête. Une large silhouette d’homme se tenait, majestueuse, sur le balcon supérieur. Elle portait une longue cape dont le capuchon retombait sur son visage, le maintenant dans l’ombre. Il posa son épaisse main sur le garde-corps et serra jusqu’à le briser. La pierre tomba en poussière sur la salle du Conseil. Je tournai la tête contre le torse de Quatre. Il souleva une aile pour nous protéger tous deux des retombées.

« Un gardien ? Belzebuth ! gronda-t-il avec autorité.

— Mon Roi ! piailla le concerné avec une voix de petit garçon pris sur le fait.

— Pourquoi n’en ai-je pas été informé ? Explique-toi ! 

— Mon Roi, la situation est quelque peu plus complexe qu’elle n’y paraît, et je m’apprêtais bien évidemment à vous mettre au courant, vous, ainsi que le Conseil, bien entendu, dès que…

Dès que QUOI ? le coupa-t-il dans un grognement. Dès que tu aurais traité cet évènement majeur tout seul ? Le Commandement des Enfers ne te donne pas le droit d’agir à ta guise sans en informer le Conseil ! C’est une faute grave, Belzebuth. Une faute qui pourrait même s’apparenter à de la trahison.

— Mon Roi, implora Belzebuth en se courbant, jamais je ne…

— Silence !

— Oui, enfin, si vous ne me laissez pas parler, se mit à marmonner Belzebuth, je ne risque pas de vous expliquer ce qu’il s’est passé…

— PLAÎT-IL ? L’autorité, en ces lieux, c’est moi, tonna la silhouette avec une puissance qui fit trembler les murs de pierre. Et je défends quiconque d’oublier cet état de fait.

— Oui, mon Roi, se courba un peu plus Bel, minable.

— Tu aurais dû venir immédiatement m’informer que Sërberus était souffrant !

— Toutes mes excuses mon Roi. Je…

— Silence ! Tu as failli à ta tâche ! Non que j’attendais particulièrement d’excellence de ta part, sache-le, ajouta-t-il, acide. Tu es et resteras toujours un second choix. »

Je vis Belzebuth serrer les dents. Lucifer était le premier prétendant au trône, pas lui. Malgré l’épuisement, mon visage se para d’un rictus de satisfaction.

« Ainsi donc, reprit solennellement le Roi, nous avons un nouveau gardien. La place de Sërberus était d’une importance capitale pour nous, et pour le bon déroulement des activités de notre monde. Remplacer le gardien de la porte est impératif. Tu prétends qu’elle a été éveillée dans ce but, soit. Fais en sorte qu’elle trouve sa place ici. Et, ai-je besoin de te le rappeler, de son plein gré.

— Mon Roi, intervint Stolas de sa voix gracieuse. Si vous me le permettez, je me ferais une joie d’accueillir Mademoiselle Evans comme il se doit. Je ferais en sorte qu’elle se sente ici chez elle et devienne une membre active et respectée de notre Royaume.

— Lèche-cul… murmura Belzebuth.

— Je te remercie Stolas. Je n’en entendais pas moins de la part d’un Prince de la Goétie. Mais cette charge incombe à Belzebuth. Qu’il apprenne à contrepeser ses erreurs.

— Oui, mon Roi.

— Cependant, j’attends de vous, de vous tous, une attitude exemplaire ! Un nouveau gardien nous a été envoyé. Nous devons en prendre soin. Me suis-je fait bien comprendre ?

— Oui, mon Roi, firent tous les membres du Conseil avec solennité.

— Si vous échouez, je serai contraint de revoir l’ordre de classement. Belzebuth, il est dans ton intérêt de prouver ta valeur, car je ne laisserai pas un incapable en ligne pour ma succession. Qui n’est pas prête d’arriver dans ces conditions.

— Mon Roi ! s’offusqua Belzebuth. “ Incapable ”, n’est-ce pas un peu fort ? Je n’ai fait que…

— Non, mais jamais il la ferme celui-là ? » souffla le Roi en perdant son sang-froid.

Les membres du Conseil se regardèrent, interloqués.

Une main de femme noire, aux doigts longs et fins, vernis et bagués d’or, surgit de l’ombre et se glissa sur l’épaule du Roi dans un geste tendre. Il en parut apaisé, et se retourna vers la femme restée dans l’ombre. Ils discutèrent à voix basse un instant, puis le Roi fit à nouveau face à l’assemblée.

« Je t’octroie trois jours, Belzebuth. Dans trois jours, le Conseil se réunira et nous statuerons sur tes avancées avec le nouveau gardien. Ne t’avise pas de me décevoir », lui lança-t-il d’un ton dur.

Une réflexion sur “Ap 1 : « Lèche-cul… »

Laisser un commentaire