C’est quoi, pour toi, « écrire »?

Dimanche soir, 21h. Je ne me suis pas lavée de la journée. Je n’ai même pas mangé, mais quand j’interroge mon estomac, il me dit que ça va. J’ai bu quatre tasses de thé noir Lady Grey, et pissé approximativement le contenu d’une citerne. J’ai fait un creux dans mon lit de la forme de mon cul, et il fait 35 degrés sous celui de mon ordinateur. Ça ne fait pas loin de dix heures que je pianote, au rythme d’une playlist Spotify de 4h et 9 minutes que je connais désormais par cœur. Tout est branché sur secteur. Il fait 23 degrés dans ma chambre.

Aujourd’hui j’ai rigolé à des blagues salaces avec mon frère, j’ai profité d’un peu de temps avec ma mère, je me suis fait tiré les cartes, je me suis exposée à beaucoup trop de fumée de cigarette, j’ai parlé à un chat fou (c’est pas le bonheur…), j’ai échappé à un démon qui voulait me buter, j’ai dit que les vampires ça puait du cul, je me suis entraîné à parfaire mes pouvoirs et j’ai rencontré le futur homme de ma vie trois fois d’affilée dans trois lieux et timelines différentes parce que je ne savais laquelle je préférais.

Tout ça, sans bouger de devant cet écran, ni parler à personne.

Et vous savez quoi ? Mon seul regret est que la journée touche déjà à sa fin.

Laisser un commentaire